Pourquoi publier sur LinkedIn ?

Published by Toinon on

LinkedIn est le premier réseau social professionnel au monde. Avec plus de 600M d’utilisateurs, c’est le canal de référence pour le recrutement.

Mais pas que ! Beaucoup pensent que LinkedIn est le réseau des recruteurs qui traquent les CV.

Faux. Aujourd’hui, LinkedIn c’est un réseau qui réunit des millions de personnes, de secteurs et horizons différents. C’est un média des actualités professionnelles, tous secteurs confondus.

Et sur ce média, vous pouvez exister. Découvrons pourquoi publier sur LinkedIn.

LinkedIn est votre vitrine professionnelle

Lorsque l’on cherche votre nom sur un moteur de recherche, LinkedIn sort quasiment toujours dans les 3 premiers résultats. C’est donc votre vitrine professionnelle (et personnelle) sur internet.

Quand on visite votre profil, on voit tout de suite quelle est votre activité et les contenus que vous partagez. C’est donc une vitrine publique de votre expertise de votre « statut professionnel ». Ca vous rend crédibles auprès de prospects ou recruteurs.

Encore mieux : lorsque vous publiez régulièrement du contenu, vous pouvez vous positionner comme un expert d’un domaine précis. Votre audience va donc considérer que vous maîtrisez votre sujet et sera plus à même de vous recommander ou faire appel à vos services.

La concurrence sur LinkedIn est faible

Paradoxalement, peu de gens utilisent LinkedIn aujourd’hui pour créer du contenu, en proportion de l’activité et du nombre d’utilisateurs.

Ce qui veut dire que chaque post a plus de probabilité d’être vu car le ratio post / nombre d’utilisateurs est faible (comparé à d’autres réseaux).

En menant une stratégie simple avec peu d’investissement en temps il est possible d’obtenir des milliers de vues sur LinkedIn.

Il y a probablement assez peu de personnes de votre secteur qui publient régulièrement sur LinkedIn : vous avez donc une fenêtre ouverte pour toucher une audience qualifiée incroyable avec peu d’efforts. Vous comprenez l’importance de publier sur LinkedIn ? 😉

L’algorithme LinkedIn est clément

Contrairement à d’autres réseaux sociaux comme Facebook ou Instagram, qui ont durci ces dernières années leurs algorithmes afin de favoriser du contenu payant, il est possible sur LinkedIn d’obtenir de manière organique des milliers de vues.

Organique signifie que vous obtenez des vues sans payer de publicité. On parle de milliers de vues par des professionnels qualifiés, gratuitement !

Cette raison, à elle seule, est suffisante pour engager une stratégie de contenu sur LinkedIn. Car comprenez bien : cet eldorado ne durera pas éternellement et LinkedIn finira par durcir lui aussi son algorithme, pour favoriser les publications payantes (qui sont par ailleurs incroyablement chères sur LinkedIn). N’attendez-plus !

En complément à une stratégie de prospection

Certains diront : « Je préfère engager une stratégie de prospection sur LinkedIn. C’est plus direct, je choisis mon audience ».

Vrai. Et a qui le dites-vous ! Nous n’avons pas créé ProspectIn pour rien.

Mais pourquoi la prospection serait exclusive d’une stratégie de contenu ?

Elles sont au contraire totalement complémentaires. On sait dire aujourd’hui, lorsque que vous ajoutez des personnes sur LinkedIn et qu’elles vous acceptent, qu’entre 30% et 60% ne vont jamais vous répondre. Même si elles sont dans votre réseau !

Vous pouvez évidemment choisir de harceler ces prospects jusqu’à obtenir une réponse. Mais je le déconseille : vous ne donnez pas une bonne image à votre prospect et risquez de le braquer (biais cognitif de « l’effet boomerang »).

A l’inverse, maintenant que ces personnes sont dans votre réseau, elles sont plus susceptibles de voir vos publications. (Voir comment fonctionne l’algorithme Linkedin). C’est ce qu’on appelle du « lead nurturing » ou « nourrir ses prospects » : vous obtenez un nouveau point de touche avec eux en partageant du contenu sur votre sujet d’expertise, le problème que vous résolvez. Vous leur apportez gratuitement de la valeur.

Quand on dit qu’il faut en moyenne « 7 points de touches avec un prospect » pour le transformer, publier sur LinkedIn parait être une stratégie indispensable pour atteindre vos prospects, qu’ils vous répondent ou non en prospection.

L’effet de preuve sociale

Un autre point fondamental dans la création de contenu sur LinkedIn (et les autres réseaux d’ailleurs), c’est l’effet de preuve sociale. Un biais cognitif qui nous incite à se conformer à la croyance d’une majorité, ou à penser que plus un grand nombre de personnes fait une action, plus la raison de cette action doit être valable.

Or, en utilisant les pods sur LinkedIn, vous obtenez des commentaires et des likes, qui laissent croire à votre audience que vous êtes « populaires », que les gens adorent votre contenu ou vous adorent. Et donc ils vont eux aussi avoir tendance à éprouver de la sympathie pour vous, à engager sur votre contenu, à vous considérer comme un expert.

Le biais de familiarité

Parce que quand on fait du marketing, il faut bien comprendre la psychologie, il faut également comprendre un autre biais cognitif : celui de la familiarité.

Tout le monde dit « Je n’achète jamais parce que j’ai vu une pub à la télé, c’est stupide ». Et pourtant, si vous êtes confrontés à une boîte de Chocapic en magasin et un produit équivalent en terme de valeur nutritives, de packaging et de prix mais dont vous n’avez jamais entendu parler, vous allez probablement choisir les Chocapic.

Le biais de familiarité consiste à faire davantage confiance à ce qui nous est familier ou proche, à ce qu’on connaît le mieux, même de manière vague, et à le favoriser par rapport à d’autres options. C’est croire qu’on comprend mieux ce qui nous est proche et familier.

Je n’ai donc pas besoin de vous expliquer pourquoi, en étant visibles auprès de vos prospects sur LinkedIn, vous augmentez les chances qu’on fasse appel à vos produits ou services, comparés à un concurrent.

Publier sur LinkedIn c’est évidemment pour donner voix à votre expertise et générer des prospects qualifiés à grande échelle.  Vous avez toutes les raisons de le faire !

Categories: Etude de cas